Base de données : objectif du projet

L’objectif de ce projet est de développer une base de données pour les personnes, organisations, lieux et termes historiques – ainsi que les relations entre eux – pour le recueil des Sources du droit suisses (SDS). La base de données doit permettre de saisir et trouver toute information pertinente (c’est-à-dire au moins les informations dans les registres existants) de façon structurée ; de plus, il doit être possible d’en imprimer des registres pour des volumes à part.

Pour avoir un maximum de futures applicaitons il est important d’avoir des données qui peuvent être automatiquement traitées. Dans ce but elles ne doivent pas seulement exister sous forme de texte non-structuré, mais doivent être saisies comme données structurées avec une sémantique difinie.

Les données saisies dans les registres des SDS ne peuvent pas sans autres être présentées sous forme de tableau. Premièrement, chaque entrée (personne, organisation/société, lieu, terme) peut avoir plusieurs noms ou variations du nom. Une première raison est que toutes les graphies dans les sources sont saisies, une deuxième est que beaucoup d’entités portent plusieurs noms (surnoms, noms en différentes langues, à différentes époques ou ayant différents fonctions, p.e. comme roi ou empereur).

Deuxièmement, quasiment toutes les données ont une dimension temporelle : une personne exerce un métier ou une fonction de… à… ou habite de… à… un certain lieu, un mariage dure de… à…, un lieu faisait partie d’un certain territoire de… à… etc.

Troisièmement, il existe plusieurs types de relations entre les entités. Une personne peut avoir une relation familiale (parents, frères et sœurs etc.), professionnelle (maître, compagnon, valet etc.), commerciale (client, vendeur, créancier, débiteur etc.) ou juridique (plaignant, défendeur etc.). Entre des personnes et des lieux il existe p.e. des relations de domicile ou d’origine, entre des lieux il existe des relations géographiques ou politiques.

Ces informations se trouvent dès maintenant (avec différents détails) dans les registres et devront être saisies de façon systématique dans l’avenir. Si ces données existent sous forme de lecture automatique, plusieurs possibilités de recherche intéressantes existeront qui pourront donner des réponses à des questions ouvertes jusqu’alors : p.e. combien de boulanger existaient à un certain temps dans une région ? Quelles relations existaient entre eux ? Quels mouvements de scribes peuvent être trouvés ? Où et quand apparaissent certaines familles ?

Ce système est avant tout conçu pour les éditeur pour saisir les personnes, organisations, lieux, termes et relations dans les sources, voire pour les rechercher. Plus tard, ce système sera mis à disposition des utilisateurs des SDS.